salon de tisanes et de lectures associatif et solidaire

Accueil > PRESENTATION > La charte

La charte

mercredi 6 juillet 2016, par le samovar

La charte du Samovar a été élaborée collectivement. Elle essaie de représenter l’état d’esprit et les valeurs fondamentales de cette expérience. En espérant que la lecture de ce texte vous donne envie de venir jeter un œil, discuter trois minutes ou proposer des choses, participer ici voire tenter ce genre d’aventure dans d’autres lieux...

(Ce texte a fait l’objet d’une féminisation aléatoire)

PDF - 44.1 ko

La charte du bonheur au Samovar :

Le Samovar est un lieu collectif qui héberge un salon de thé mais aussi une bibliothèque, un groupement d’achats, une salle de réunions, de débats, de spectacles, de concerts, de projections, d’ateliers (cuisine, reliure…) et diverses activités selon les imaginations.
Le Samovar est un lieu de réflexions, d’actions et de critique sociale respectueuses de l’humanitude et de l’environnement : alimentation, technique, sexisme, travail…

Les bases :

Qui d’autre que nous peut savoir ce qui est bon pour nous ? Qui d’autre que nous peut rêver pour nous ? Faut-il toujours sous-traiter la réalisation de nos rêves ? Construisons-les ensemble ! …
• Afin de préserver et d’épanouir notre liberté, le Samovar vit sans subventions et sans salariat. Il palpite grâce au bénévolat, c’est-à-dire par le désir et l’implication de chacun. Comme nous avons envie d’avoir envie, le lieu vivra aussi longtemps que nous souhaiterons qu’il existe !
• Parce que ce que nous mangeons conditionne le monde dans lequel nous vivons, le lieu est végétarien et foncièrement bio (labellisé ou non). Il est dans une recherche constante de productions locales.
• Parce que ce lieu n’est pas qu’un lieu de beaux discours, nous fonctionnons en autogestion : sans hiérarchie, mais pas sans organisation ni sans engagement et responsabilité partagés.

Le Samovar est une expérience collective non communautaire : nous sommes toutes là pour apprendre. Apprendre ensemble à désirer, à décider, à faire exister, à vivre, à…, à…

Les choses évidentes mais parlons-en quand même :

Au samovar, nul n’est indispensable, personne ne doit le devenir et tout le monde est importante.
• Ici, le client n’est pas roi : comme il n’y a pas de chef, il n’y a pas de reine non plus.
• Le Samovar lutte contre toutes formes de discriminations. Il bannit les attitudes et propos discriminants fondés sur le genre, l’origine ethnique, l’âge, l’orientation sexuelle, la forme des lunettes, la situation sociale, etc. Antisocial, tu perds ton sang-froid !
• Chacune doit pouvoir trouver sa place, et respecter celle des autres : on veille à éviter les jugements, interprétations, suppositions, reproches, sous-entendues. En groupe, les échanges, débats et prises de décisions s’appuient sur des outils : espace de parole partagé, décisions en consensus/consentement, …
• Au samovar, chacun s’exprime en son nom (pas au nom de partis, de syndicats, de groupes politiques ou religieux). C’est un espace de rencontres, d’expérimentations, d’échanges d’idées, de débats, de pratiques. Il ne se veut pas dogmatique : chacun a sa vie, ses choix, son parcours. Chaque graine semée pousse là où elle peut, là où elle veut.

Le Samovar cultive, la confiance, l’ouverture à l’autre, l’hospitalité, le sens de l’accueil, la convivialité et le plaisir d’être ensemble.

Bienvenue à toutes et longue vie au Samo !